Niger

À travers les activités continues du programme WASH, Oxfam fournit actuellement de l'eau potable au camp Sayam Forgage et aide les femmes en créant des moyens de subsistance à petite échelle. Crédit : Corrie Sissons / Oxfam

13.513831920653, 2.109374978356

Le Niger est un pays sahélien dont la population avoisine les 21,5 millions d’habitants. dont 50,1 % de femmes. C’est l’un des pays les plus pauvres du monde qui se classe dernier au niveau mondial selon l’Indice de développement humain (IDH) 2018 du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). 

L'économie du pays est centrée non seulement sur l’agriculture, l’élevage et la pêche, qui contribuent à 49 % du produit intérieur brut (PIB) mais également sur le secteur privé qui fournit d’importantes ressources issues des industries extractives dont l’uranium, le pétrole et l’or.  Depuis le démarrage en 2011 de l’exploitation pétrolière, le pays connait un taux de croissance moyen. Cependant, il reste l’un des pays les plus pauvres du monde avec un PIB de 378 $ US par an par habitant.

Par ailleurs, son enclavement auquel s’ajoute les crises alimentaires récurrentes et la situation sécuritaire instable, rendent le pays plus vulnérable. 

Oxfam au Niger

Oxfam œuvre au Niger depuis 1992 pour promouvoir la bonne gouvernance et la citoyenneté active, soutenir les populations vulnérables victimes des catastrophes et des conflits et contribuer à renforcer leur sécurité alimentaire. Notre vision du changement est un Niger juste et sans pauvreté où chaque citoyen (homme, femme, jeune) a le pouvoir et les moyens d’exercer ses droits humains fondamentaux et de contrôler sa vie. L’ensemble de nos interventions est soutenu par un travail d’influence et de promotion de la justice entre les femmes et les hommes et le développement d’un partenariat stratégique avec les organisations locales et internationales.

Les zones d’intervention d’Oxfam au Niger sont : Tillabéry, Tahoua, Maradi, Zinder et Diffa.

Pour un respect des droits et de la dignité au Niger

Aujourd’hui, le travail d’Oxfam au Niger se concentre principalement sur quatre axes à travers une approche basée sur les droits :

Droit aux moyens d’existence durable et à la sécurité alimentaire, par l’augmentation des capacités productives pour faire face aux crises et aux changements climatiques, la mise en place des systèmes communautaires d’alerte précoce et d’analyse des capacités et vulnérabilités hommes/femmes.

Droit aux services de base, par des actions de plaidoyer appelant à la responsabilisation de l’État et des collectivités territoriales et à l’augmentation des investissements pour l’accès à une éducation et formation de qualité et pour le soutien au pastoralisme.

Droit à la participation politique et sociale par une société civile crédible à même d’influencer les politiques publiques y compris le secteur privé et une utilisation innovante des médias.

Droit à l’identité à travers la promotion des droits humains, la réduction des violences basées sur le genre, la promotion du leadership féminin et la réduction des inégalités.

Fournir l’aide humanitaire en période de crise et de sécheresse

Certaines localités du Niger sont frappées par l’insécurité alimentaire et nutritionnelle chronique en raison de faibles productions agricoles liées au déficit pluviométrique. De plus les crises nées des conflits armées au bassin du Lac Tchad (Région de Diffa) et à la frontière nord du Mali, sont à l’origine de la vulnérabilité de milliers de personnes déplacées internes, refugiées et même des populations hôtes. 

Nous fournissons de l’aide humanitaire à ces populations vulnérables notamment par l’installation de systèmes d’adduction d’eau pour leur assurer un accès à l’eau potable et nous distribuons des produits de première nécessité, alimentaires et non alimentaires. Nous renforçons l’autonomie des personnes déplacées et refugiées à travers un appui pour l’exercice d’activités génératrices de revenus.

Nous œuvrons aux côtés des populations sinistrées et de l’Etat pour une consolidation de la paix dans les zones de conflits notamment dans le bassin du Lac Tchad, Diffa et dans la région de Tillabéry.