Cinq chiffres chocs sur les inégalités extrêmes

P Dinh Tien Hoang, Hanoï, Vietnam, novembre 2016. Au cours des dernières décennies, le Vietnam est parvenu à fortement réduire la pauvreté, mais aujourd’hui, l’augmentation des inégalités menace les progrès accomplis.
P Dinh Tien Hoang, Hanoï, Vietnam, novembre 2016. Au cours des dernières décennies, le Vietnam est parvenu à fortement réduire la pauvreté, mais aujourd’hui, l’augmentation des inégalités menace les progrès accomplis.

La crise des inégalités est beaucoup plus importante que nous ne le craignions. D’après la Banque mondiale, il est clair qu’à moins de redoubler d’efforts pour lutter contre les inégalités, la communauté internationale ne parviendra pas à atteindre son objectif d’éradiquer l’extrême pauvreté d’ici 2030.

Les grandes entreprises et les plus fortunés jouent un rôle déterminant dans ces disparités. Ils recourent à un réseau mondial de paradis fiscaux pour échapper à l’impôt, font pression sur les salaires de leur main-d’œuvre et les prix payés aux producteurs, et réduisent les investissements dans leurs propres entreprises. Ils utilisent également leur fortune et leurs relations pour s’assurer que les politiques publiques servent leurs propres intérêts.

Un fossé immense entre les plus riches et le reste de la population enferme des millions de personnes dans la pauvreté, fracture nos sociétés et affaiblit la démocratie. Pour beaucoup, l’espoir s’amenuise, laissant plus de place à la peur.

Quelle est donc l’ampleur des inégalités ? Quelques chiffres :

  1. Aujourd’hui, seuls 8 hommes détiennent autant de richesses que les 3,6 milliards de personnes qui représentent la moitié la plus pauvre de l’humanité. Or, nombre des personnes les plus riches ne doivent pas leur fortune à leur talent ou à un travail acharné : plus de la moitié des milliardaires du monde ont hérité de leur fortune ou l’ont accumulée dans des secteurs d’activité où la corruption et le copinage sont monnaie courante.
     
  2. Sept personnes sur dix vivent dans un pays où les inégalités se sont accentuées au cours des trente dernières années.
     
  3. Les plus fortunés accumulent les richesses à un tel rythme que le premier "super-milliardaire" du monde pourrait voir son patrimoine dépasser 1000 milliards de dollars dans 25 ans à peine. Il vous faudrait débourser un million de dollars par jour pendant 2 738 ans pour dépenser une telle somme.

    Margaret Mumbua, 46, a domestic worker, washing clothes outside her employer's house in Eastleigh Nairobi, Kenya, 2016. Photo: Allan Gichigi/OxfamMargaret Mumbua, 46 ans, employée domestique, lave du linge chez ses employeurs dans le quartier d’Eastleigh à Nairobi (Kenya, 2016). Photo : Allan Gichigi/Oxfam
     
  4. Les inégalités extrêmes dans le monde ont un terrible impact sur la vie des femmes. Les femmes salariées, qui font l’objet de discriminations importantes au travail et se chargent d’une part démesurée du travail d’aide et de soin non rémunéré, se retrouvent souvent au bas de l’échelle. Si la tendance actuelle se poursuit, il faudra encore 170 ans pour que les femmes atteignent le même niveau de rémunération que les hommes.
     
  5. L’évasion fiscale des multinationales coûte aux pays pauvres au moins 100 milliards de dollars par an. Avec cette somme, les 124 millions d’enfants non scolarisés dans le monde pourraient recevoir une éducation, et les services de santé pourraient sauver la vie de 6 millions d’enfants chaque année..

Une économie centrée sur l’humain, au service du plus grand nombre

Ensemble, nous devons créer un nouveau sens commun et concevoir une économie qui profite à tous, et non à quelques privilégiés. Une économie centrée sur l’humain serait synonyme de sociétés meilleures et plus justes, dans lesquelles les travailleuses et travailleurs gagneraient un salaire décent, les femmes et les hommes seraient traités sur un pied d’égalité, les enfants auraient des perspectives d’avenir et personne ne vivrait dans la crainte des dépenses engendrées par la maladie.

Rejoignez l’appel pour une économie qui profite à tous, et non à quelques privilégiés

Demandez aux milliardaires de contribuer à la construction d’une économie qui profite à tous, et non à quelques privilégiés. Signez la lettre 

Nous devons agir maintenant. Les gouvernements doivent ouvrir la voie, mais chacun doit se charger de lutter contre les inégalités. Les milliardaires doivent veiller à mettre fin aux pratiques d’évasion fiscale. Vous aussi, veillez à ce qu’ils paient leur juste part d’impôt, versent des salaires décents et font bon usage de leur fortune, au lieu de l’utiliser pour biaiser davantage le système en leur faveur. 

En savoir plus sur notre campagne A égalité. Ensemble, nous pouvons mettre fin aux inégalités extrêmes et vaincre la pauvreté pour de bon.