Oxfam face au coronavirus : notre action sur le terrain

Students of the Primary Complex School in Gondokoro island, South Sudan, attend an awareness event organised by Oxfam to prevent cholera and inform about good hygienic practices.

Face à la pandémie de nouveau coronavirus qui continue de prendre de l’ampleur, Oxfam a renforcé l’ensemble de son système d’aide humanitaire pour porter assistance aux personnes les plus pauvres et les plus marginalisées.

Malgré les restrictions d’accès, nous travaillons 24 heures sur 24 avec nos partenaires locaux dans plus de 60 pays afin de fournir une aide indispensable pour freiner la propagation du virus et protéger les communautés de son impact économique. Vous pouvez nous aider.

Qu’est-ce qu'un coronavirus ?

Les coronavirus sont une grande famille de virus qui provoquent des affections pouvant aller du simple rhume à des maladies plus graves telles que le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). La pandémie actuelle est causée par une nouvelle souche de coronavirus qui n’a pas encore été identifiée chez les êtres humains.

La principale source de l’épidémie demeure inconnue, mais compte tenu de l’historique des autres coronavirus, il est très probable que ce virus ait été transmis des animaux aux êtres humains. La maladie déclenchée par le nouveau coronavirus est appelée COVID-19 (car elle a été découverte pour la première fois en 2019).

En date de janvier 2021, il y a eu plus de 100 millions de cas dans le monde, et plus de 2 millions de personnes sont décédées des suites de la maladie.

Les symptômes du Covid-19 sont très similaires à ceux du rhume ou de la grippe, notamment la fièvre, la toux, le mal de gorge et la léthargie. Certaines personnes présentent ensuite des symptômes plus graves, comme un essoufflement et des difficultés respiratoires. Dans les cas plus graves, l’infection peut entraîner une pneumonie, un syndrome respiratoire aigu sévère, une insuffisance rénale, voire la mort. 

Le coronavirus se transmettrait par contact interhumain (par voie aérienne, en toussant et en éternuant ; ou par contact personnel étroit, en se touchant ou se serrant la main par exemple), ou en touchant un objet ou une surface sur laquelle se trouve le virus, puis en se touchant la bouche, le nez ou les yeux avant de se laver les mains. On ne connaît pas encore la durée de vie du virus sur différentes surfaces.

Il n’existe actuellement aucun traitement spécifique pour la maladie causée par le nouveau coronavirus. Une grande partie des symptômes peuvent toutefois être traités en fonction de l’état de santé de chaque patient-e. L’analyse actuelle montre que 97 à 98 % des personnes infectées par le coronavirus survivent à la maladie, et 80 % des personnes infectées ne présentent aucun symptôme grave.

Plusieurs sociétés pharmaceutiques ont mis au point des vaccins efficaces qui ont donné des résultats prometteurs et pourraient permettre d’enrayer cette pandémie. Toutefois, 9 personnes sur 10 dans les pays les plus pauvres du monde ne pourront pas se faire vacciner l’année prochaine, alors que les pays riches ont acheté suffisamment de doses pour vacciner presque trois fois leur population totale d’ici la fin 2021.

L’action d’Oxfam

Oxfam s’emploie actuellement à prévenir la propagation du coronavirus et à sauver des vies. L’intervention dans le domaine de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène est vitale si nous voulons tenter de limiter le taux d’infections inévitables, et il s’agit de notre principal domaine d’action depuis des décennies. Nous avons une vaste expérience opérationnelle dans la réponse aux urgences de santé publique et notre expertise s’inspire des leçons tirées des épidémies passées, notamment celles de choléra, de Zika et d’Ebola.

Tout comme dans d’autres situations d’urgence, nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires sur le terrain et les soutenons autant que possible.

Notre priorité est de soutenir les personnes les plus vulnérables, en particulier celles qui vivent dans des environnements à haut risque, comme les camps de réfugié-e-s ou les zones urbaines surpeuplées.

Nos équipes ont renforcé les opérations de distribution d’eau potable, d’assainissement, y compris la mise en place de points d’eau pour se laver les mains, ainsi que la distribution de matériel d’hygiène, comme le savon. Nous menons un travail de sensibilisation à l’hygiène auprès des communautés, nous leur distribuons argent et nourriture ainsi que d’autres produits essentiels.

Notre action humanitaire a permis d’aider 14 millions de personnes dans 68 pays du monde.

Icon: group of people

Au Yémen, Oxfam forme des volontaires pour sensibiliser à l’hygiène les communautés touchées par le conflit. Nous fournissons de l’argent aux familles déplacées, distribuons des nécessaires d’hygiène et acheminons de l’eau potable par camion dans les camps pour personnes déplacées.

icon-soap.png

À Cox’s Bazaar, au Bangladesh, où près d’un million de Rohingyas vivent dans des camps surpeuplés, nous avons renforcé notre travail de promotion de l’hygiène et d’assainissement. Nous fournissons du savon et de l’eau potable, et mettons au point des installations innovantes telles que des stations de lavage des mains sans contact.

icon-hands-money.png

En Irak, en collaboration avec notre réseau de partenaires locaux, nous avons formé un grand nombre de volontaires communautaires pour intervenir rapidement. Nous avons porté assistance aux familles vulnérables de l’ensemble du pays, en leur offrant des paniers alimentaires d’urgence et en leur distribuant de l’argent.

Icon water tap

Au Burkina Faso, où 780 000 personnes sont déplacées à l’intérieur du pays, Oxfam travaille actuellement dans certaines des plus grandes zones de déplacé-e-s internes pour assurer l’accès à de l’eau potable. Nous cherchons à améliorer les connaissances des communautés concernant la COVID-19 et à les mobiliser face à cette pandémie.

La protection des plus vulnérables

Oxfam est très préoccupée des effets du coronavirus dans les pays pauvres qui ont des systèmes de santé publique fragiles et où les populations sont déjà confrontées aux nombreuses menaces qui pèsent sur leur santé et leurs moyens de subsistance. Nous craignons également que les effets seront dévastateurs dans les camps de réfugié-e-s, dans les endroits déjà touchés par des crises ou des conflits et où les gens ont du mal à accéder aux soins de santé ou à se nourrir.

Les femmes sont les plus touchées : 70 % des travailleurs et travailleuses de la santé dans le monde sont des femmes, et elles sont en première ligne du risque d’infection. Par surcroît, les femmes assument l’énorme fardeau des soins non rémunérés dans le monde, qui a considérablement augmenté. Elles ont aussi été touchées de manière disproportionnée par les pertes d’emploi liées à la pandémie, d’autant plus qu’elles sont surreprésentées dans l’économie informelle.

Aidez Oxfam à sauver des vies

Nous sommes actuellement en première ligne dans certains des endroits les plus vulnérables du monde, en appuyant nos partenaires sur le terrain pour sauver le plus de vies possible. Nous avons le pouvoir d’agir pour soutenir et protéger les populations les plus vulnérables, les plus pauvres et les plus à risque. Votre soutien peut faire la différence.