Services publics ou fortunes privées ?

Quand les multinationales et les grandes fortunes ne payent pas leur juste part d’impôt, elles privent les États de ressources pour financer les services publics essentiels, comme la santé ou l’éducation.

Notre économie est défaillante : des centaines de millions de personnes vivent dans l’extrême pauvreté alors que d’immenses richesses sont concentrées dans les mains d’une minorité. Le nombre de milliardaires a doublé depuis la crise financière et leur fortune augmente chaque jour de 2,5 milliards de dollars.

Or, les élites fortunées et les grandes entreprises bénéficient des taux d’imposition les plus bas de ces dernières décennies. Les coûts humains (des enfants sans enseignant-e-s, des cliniques sans médicaments) sont considérables et ce sont les plus pauvres qui en payent le prix. Les femmes en souffrent particulièrement, contraintes de combler des services publics insuffisants par de nombreuses heures de travail de soin non rémunéré.

Nous devons transformer nos économies pour garantir l’universalité de l’accès à la santé, à l’éducation et à d’autres services publics. Pour cela, les entreprises et les plus riches doivent payer leur juste part d'impôts. Cela permettra de réduire considérablement l’écart entre les riches et les pauvres et entre les femmes et les hommes.