Il est temps de mettre fin aux inégalités extrêmes

Ecolière devant un tableau noir dans une salle de classe de Kigali, Rwanda. Photo : Simon Rawles

Les inégalités extrêmes nuisent à chacune et chacun d'entre nous. Elles freinent la croissance économique, augmentent la criminalité et anéantissent les espoirs et les ambitions de milliards de personnes. Elles nous empêchent de vaincre la pauvreté et d’atteindre l’égalité entre les femmes et les hommes.

Ces inégalités ne sont pas inévitables : elles résultent de choix politiques et économiques. Les richesses extrêmes sont synonymes de pouvoir et d'influence. Nous vivons dans un monde où les règles sont biaisées en faveur de quelques-uns et aux dépens du plus grand nombre. Ainsi, à mesure qu'une minorité s'enrichit, les plus pauvres sont laissés pour compte.  

Les inégalités sont également alimentées par le recours aux paradis fiscaux, qui permet aux multinationales et aux individus les plus fortunés de se soustraire à leur juste contribution fiscale. Pas moins de 7 600 milliards de dollars d’avoirs personnels sont aujourd’hui cachés dans des comptes offshore, ce qui a des effets dévastateurs sur les pays les plus pauvres.

Le saviez-vous ?

  • Oxfam a calculé qu’en 2018, les 26 plus grandes fortunes du monde détenaient autant que les 3,8 milliards de personnes qui représentent la moitié la plus pauvre de l’humanité. Aujourd’hui, 1 % de la population possède plus que l’ensemble du reste du monde.
  • Près de la moitié de la population mondiale – 3,4 milliards de personnes – vit avec moins de 5,50 dollars par jour.
  • Sept personnes sur dix vivent dans un pays dans lequel l’écart entre les riches et les pauvres est plus grand qu’il y a 30 ans.
  • L’évasion fiscale des multinationales et des individus les plus fortunés prive les pays en développement d’au moins 170 milliards de dollars de recettes fiscales par an.
  • Les revenus les plus élevés sont réservés en quasi exclusivité aux hommes, qui représentent 89 % des 2153 milliardaires en dollars dans le monde.
  • Si rien n’est fait, il faudra 170 ans pour parvenir à l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

Lutter pour un monde plus juste

La plupart de nos responsables politiques ne parviennent pas à réduire ce dangereux fossé. Les inégalités, pourtant, ne sont pas une fatalité. Des mesures concrètes peuvent être prises pour y remédier. De l’Espagne à l’Afrique du Sud, du Pérou au Pakistan, des femmes et des hommes revendiquent déjà un monde plus juste.

Nous pouvons remettre en cause la concentration du pouvoir et des richesses, qui empêchent de plus en plus de personnes de se libérer du carcan de la pauvreté. Nous pouvons changer les règles pour assurer que les plus riches paient leur juste part d’impôts. 

Nous pouvons exiger plus de dépenses publiques pour la santé et l’éducation. Nous pouvons réclamer une rémunération équitable pour toutes et tous. Nous pouvons veiller à ce que les plus pauvres puissent se faire entendre, et qu’ils le soient par celles et ceux qui exercent le pouvoir.

Il est temps de mettre fin aux inégalités et de vaincre la pauvreté pour de bon. Agissez avec nous !