Crise au Yémen

Yahya* vit dans une seule pièce avec sa famille et tout ce qu'ils possèdent. Ils doivent marcher plus de deux heures pour atteindre les puits d'eau, qui sont souvent contaminés par le choléra. Photo: Gabreez/Oxfam
Yahya* vit dans une seule pièce avec sa famille et tout ce qu'ils possèdent. Ils doivent marcher plus de deux heures pour atteindre les puits d'eau, qui sont souvent contaminés par le choléra. Photo: Gabreez/Oxfam

Plus de trois années d’un conflit dévastateur ont plongé le Yémen dans l’une des plus graves crises humanitaires au monde. Le pays est au bord de la famine et souffre également désormais de la plus importante épidémie de choléra jamais enregistrée. Nous apportons une aide d’urgence à la population, mais avons besoin de vous pour renforcer notre intervention humanitaire.

Un conflit violent et dévastateur

La population yéménite est confrontée à l'une des pires crises humanitaires au monde. Le conflit qui oppose, depuis mars 2015, la coalition de pays du Golfe dirigée par l’Arabie saoudite et le gouvernement du Yémen au mouvement Ansar-Allah (les « Houthis »), a fait plus de 17 000 victimes civiles, tuées ou blessées.

Près de trois millions de personnes ont dû fuir les combats et les bombardements. Plus de 22 millions de personnes, soit 75 % de la population du pays, ont besoin d’une aide d’urgence. C’est plus que dans aucun autre pays du monde.

Les habitants de Hodeïda sont parmi les plus durement touchés et font maintenant face à une situation humanitaire qui se détériore rapidement. La ville est l’un des principaux ports du pays desservant les besoins essentiels de millions de personnes. Des combats intenses avec des centaines de frappes aériennes et de tirs d'obus de toutes parts ont coupé les importations et laissé des milliers de personnes coincées dans des quartiers de la ville avec des réserves de nourriture et d'eau insuffisantes. Au moins 470 000 personnes ont été déplacées et des pertes civiles continuent d'être signalées.

La famine menace, le choléra progresse

L’économie est anéantie. D’innombrables habitations, entrepôts, exploitations agricoles et d’autres infrastructures civiles essentielles ont été détruites. Les services de base, comme la santé et l’approvisionnement en eau, s’effondrent. Les approvisionnements alimentaires, dont près de 90 % devaient être importés même avant le conflit, sont considérablement perturbés. Les prix continuent d’augmenter, alors que nombre des personnes les plus pauvres ont perdu toute source de revenu.

On estime désormais que 18 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire et de malnutrition, dont 1,8 millions d'enfants. Selon les Nations unies, le spectre de la famine plane désormais sur 14 millions de personnes, soit la moitié de la population.

En outre, le Yémen doit maintenant faire face à la plus grave épidémie de choléra jamais enregistrée au monde, qui a gagné quasiment tout le territoire dévasté par le conflit. Plus d'1,2 million de cas ont été signalés et au moins 2 500 personnes sont mortes depuis le début de l’épidémie. La maladie menace de nombreuses autres personnes, déjà affaiblies par la faim et les effets de la guerre qui continue de déchirer le pays.

Des déplacés font des réserves d'eau à un point de distribution installé par Oxfam dans le camp de Al-Manjorah, au Yémen.Des personnes déplacées font des réserves d'eau à un point de distribution installé par Oxfam dans le camp de Al-Manjorah, gouvernorat de Hajjah. Photo: Moayed Al-Shaibani/Oxfam

Notre intervention

Nous apportons une aide de première nécessité dans le nord et le sud du pays. Depuis juillet 2015, nous avons porté assistance à plus de 3 million de personnes de part et d’autre des lignes de front.

Notre aide consiste principalement à :

  • fournir de l’eau potable et des services d’assainissement, y compris dans des zones difficiles d’accès, en acheminant l’eau par camion-citerne, en réparant les systèmes de distribution d’eau et en construisant des latrines ;
  • soutenir les familles par des distributions d’argent en liquide pour leur permettre d’acheter de la nourriture ou du bétail sur les marchés locaux, et par des programmes de travail rémunéré en espèces afin de leur fournir une source de revenus.

Suite à la propagation de l’épidémie de choléra, nous avons directement soutenu plus de 430 000 personnes dans quatre gouvernorats, en coordination avec d’autres ONG internationales. Nous fournissons de l’eau potable, des filtres et des bidons, construisons des latrines et menons des programmes de sensibilisation à l’hygiène.

Aidez-nous à faire plus, faites un don

Le Yémen est confronté à la triple menace de la guerre, de la maladie et de la faim. Le conflit qui perdure, les frappes aériennes et les restrictions aux importations ont conduit 14 millions de personnes au bord de la famine. Pour des millions de femmes, d’hommes et d’enfants yéménites, la vie reste un combat de tous les jours et les violences une menace constante.

Nous distribuons une aide vitale sur le terrain, mais nous devons porter assistance à davantage de personnes dans les plus brefs délais et, sans vous, nous n’y parviendrons pas. Faites un don.

 

* Le prénom a été modifié pour préserver l'anonymat