Liban

Basterna, 40, from Raqqa in Syria washes clothes by hand at an informal settlement for Syrian refugees near the town of Baalbek in Lebanon's Bekaa Valley, on January 26, 2016. Credit:Sam Tarling

Consultez la page sur le Liban en arabe

Selon le Global Wealth Report 2014 (Credit Suisse), le Liban se classe au sixième rang mondial pour les inégalités de richesses, 0,3 % de ses habitants détenant 50 % de l’ensemble du patrimoine de sa population. Les gouvernements qui se sont succédé à la tête du pays ont eu du mal à mettre en place des politiques qui répondent aux besoins et aux intérêts de la population. Des crises internes, régionales et internationales ont entravé le développement du Liban, entretenu la fragilité du pays et exacerbé des tensions politiques et sociales attestant de problèmes structurels et systémiques. La situation de ce petit État pluraliste, qui reconnaît officiellement 18 communautés religieuses, est étroitement liée à la géopolitique et aux dynamiques régionales.

Un pays en crise

Depuis que la crise a éclaté en Syrie, en 2011, les habitants ont cherché refuge dans les pays voisins pour fuir les violences et les persécutions. Le Liban, qui compte un peu plus de 4 millions d’habitants, a ainsi vu sa population augmenter de 30 % : 1,5 million de réfugiés seraient arrivés de Syrie, dont 1,017 million (novembre 2016) sont enregistrés auprès du HCR et 43 377 sont des réfugiés palestiniens, qui viennent s’ajouter aux quelque 400 000 déjà présents au Liban. Le pays affiche la plus forte densité de réfugiés : un habitant sur quatre.

Au Liban, la majorité des réfugiés syriens ont été accueillis par des communautés pauvres. Environ 86 % des réfugiés syriens vivent au sein de 242 communautés dans lesquelles 66 % des Libanais vivent avec moins de 4 dollars par jour. On estime qu’à la fin 2014, environ 170 000 Libanais avaient basculé dans la pauvreté en conséquence de la crise sociale, économique, démographique et politique à laquelle le pays se trouve confronté.

Le Liban n’a pas de loi ni de politique particulière en matière d’asile et d’accueil des réfugiés. Il n’est pas non plus signataire de la Convention de 1951 ni du protocole de 1967 relatifs au statut des réfugiés. Les réfugiés n’ont donc accès à aucun mécanisme légal national de protection des droits dont ils devraient bénéficier selon le droit international.

Oxfam au Liban

Oxfam est présente au Liban depuis 1993. En collaboration avec des partenaires nationaux, Oxfam apporte une aide humanitaire aux personnes touchées par des situations d’urgence dans le pays, tout en menant des programmes à long terme dans les domaines du développement économique, des services publics et des droits des femmes. À l’instar de nombreuses autres organisations humanitaires, Oxfam a renforcé ses activités au Liban afin de faire face à l’afflux de réfugiés fuyant le conflit en Syrie. Oxfam contribue également à la protection et à l’autonomisation des femmes et des hommes marginalisés (aussi bien des Libanais que des réfugiés palestiniens et syriens) pour leur permettre de jouir de leurs droits fondamentaux et de vivre dans la dignité au sein d’une société plus équitable.

  • En collaboration avec des partenaires locaux, Oxfam s’attaque à des problèmes de gouvernance. Nous favorisons notamment l’accès aux services de base pour les personnes vivant dans la pauvreté, un complément essentiel à l’aide humanitaire apportée aux populations de réfugiés. Nous promouvons en outre une gestion transparente et responsable des ressources et une répartition équitable des richesses. Sur la base d’une analyse de la chaîne de valeur, Oxfam s’efforce également de soutenir le développement de petites entreprises sur les marchés appropriés et, en collaboration avec le secteur privé, favorise la création d’emplois pour les femmes et les jeunes. Aux niveaux local et national, Oxfam cherche à renforcer une approche de la citoyenneté active fondée sur les droits, en mettant particulièrement l’accent sur les femmes et les jeunes.
  • Pour répondre aux besoins immédiats des réfugiés syriens résidant dans des campements informels de la Bekaa du Nord, Oxfam apporte une aide dans le domaine de l’eau, l’assainissement et l’hygiène. Nous fournissons de l’eau potable en qualité et en quantité suffisantes, ce qui passe par l’installation de capacités de stockage. Nous fournissons également des équipements et des services sanitaires appropriés, dont la construction et la vidange de latrines et l’acheminement de conteneurs pour déchets solides.
  • Dans le cadre de ses activités de protection, Oxfam adopte une approche communautaire qui consiste à renforcer les capacités locales pour que les populations puissent identifier et réduire les risques par elles-mêmes. Cette approche vise également à fournir des renseignements utiles et des services d’orientation. Elle offre en outre aux femmes la possibilité d’assumer des rôles de premier plan au sein des communautés. Oxfam s’efforce de répondre aux besoins de protection des populations cibles en mettant en rapport les prestataires de services, les bénéficiaires et les administrations locales et en renforçant leurs relations, dans la mesure du possible. Oxfam cherche en priorité à collaborer sur certains sites avec des organisations nationales et locales spécialisées afin de fournir un éventail plus complet de services de protection pour les femmes et les hommes, y compris une aide juridique et des activités de prévention des violences domestiques et sexistes. Depuis plus de dix ans, Oxfam défend les droits des femmes et milite en faveur de l’autonomisation de celles-ci au Liban. L’autonomisation des femmes par le renforcement de leur participation à la vie économique et à la prise des décisions au niveau familial et communautaire, ainsi que la promotion de leur accès à la justice sont des éléments clés de l’action d’Oxfam.